Société & Santé

2ème édition du Café démocratique : Internet et démocratie en Afrique au centre des débats

La deuxième édition du Café démocratique s’est tenue le vendredi 16 mars 2024, au Centre de recherche et d’action pour la paix (Cerap) à Abidjan-Cocody. Initiée par la Fondation de l’innovation pour la démocratie en partenariat avec le Cerap, l’activité s’inscrit dans le cadre d’un projet de cycle de débats citoyenneté et société civile.

A cette occasion, les panélistes notamment le Journaliste, Directeur général de l’Intelligent d’Abidjan Alafé Wakili et la Journaliste Promotrice du site influencemag.ci, Marina Kouakou, ont entretenu les participants sur la thématique « Internet et démocratie en Afrique : Parlons-en ! ».

Selon le Directeur général de l’Intelligent d’Abidjan qui a abordé l’aspect de « l’accès à l’information, fakes news, et infox et leur impact sur la démocratie », « internet, malgré ses promesses, peut aussi être un vecteur de désinformation et de polarisation. La propagation de fausses nouvelles et d’infox menace l’intégrité des processus démocratiques, comme le soulignent Allcott et Gentzkow (2017) dans « Social Media and Fake News in the 2016 Election » ».

Ces dérives poursuit-il « posent des défis majeurs pour les démocraties en Afrique, où la vérification des faits et la littératie médiatique restent limitées. Mais pour lui, malgré les dérives, excès, et dérapages, internet représente une formidable opportunité pour la démocratie, pas seulement en Afrique, mais aussi partout dans le monde ».

Citoyenneté numérique: atout ou frein à la démocratie ?

Marina Kouakou, qui s’est exprimée sur « la citoyenneté numérique : atout ou frein à la démocratie », a pour sa part axé son intervention sur 4 points clés. L’avènement d’internet en Afrique, la citoyenneté numérique, les avantages des outils numériques pour la démocratie, ainsi que les traits anti-démocratiques des outils numériques.

Selon la Présidente de l’ONG Actes-De-Vie, la citoyenneté numérique est la capacité de naviguer dans nos environnements numériques de manière sécuritaire, tout en respectant les droits humains. « Ce thème est étroitement lié à la liberté d’expression qui est également inscrite dans notre constitution ivoirienne en ses articles 9 et 10. En Côte d’Ivoire toute personne a la possibilité de s’exprimer sur ses pensées religieuses, philosophiques, et politiques. Il faut également respecter les normes des droits humains, l’ordre public… », a-t-elle fait savoir.

Pour elle, la citoyenneté numérique présente plusieurs avantages dont une augmentation démocratique des libertés concrétisées (droit à l’information, la liberté de la presse, la liberté individuelle et collective), une démocratie participative (la e-gouvernance, les votes numériques, les blogs pour les candidats aux élections…), et le contrôle citoyen.  « Internet est devenu pour les activistes, les tracts. Ce sont des documents que les citoyens utilisaient à l’époque pour des manifestations politiques. Ils les distribuaient ou les affichaient », a-t-elle expliqué.

A en croire la panéliste, internet présente également des traits anti-démocratiques. Au nombre de ceux-ci figure, les fakes news, qui découlent très souvent de la démocratie des émotions, certaines lois non adaptées aux réalités du pays, les coupures d’internet en période de conflits, les inégalités numériques et la protection de la vie privée.

« La citoyenneté numérique peut à la fois renforcer et entraver la démocratie. Il convient de trouver le juste milieu en sensibilisant sur l’éducation à la citoyenneté numérique, l’éducation aux médias. Il est aussi important de prendre des dispositions quant à l’accessibilité d’internet et des lois adaptées tout en respectant les normes de la liberté d’expression », a-t-elle suggéré.

Le « Café Démocratique » est une lucarne de partage d’idées, d’opinions, de réflexions et de dialogues inclusifs entre les acteurs du monde universitaire, les décideurs politiques, les OSC ivoiriennes/internationales et bien plus. Il a pour objectif d’engager une réflexion profonde sur la citoyenneté et le rôle des OSC dans la société ivoirienne et de sensibiliser au débat mesuré, construit et constructif.

La 3ème édition se tiendra le 19 avril 2024.

Bekanty N’ko

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Kouakou Adjoumani a dit :

    Toutes mes félicitations à Influence mag pour cette belle initiative.

    1. Merci M.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *