Société & Santé

Journée internationale de lutte contre les plantations d’arbres en monoculture 2023: au Ghana, les communautés impactées se mobilisent pour revendiquer leurs droits

A travers une marche pacifique, ce jeudi 21 septembre 2023, les populations de la localité d’Okumaning Aboabo, situé dans l’Est du district de Kwaebrebrime au Ghana, se sont opposées à la monoculture. L’activité qui s’est tenue en marge de la Journée internationale de lutte contre la monoculture des arbres a été organisée par l’ONG JVE Ghana en partenariat avec lAlliance informelle.

S’en ai suivi une conférence en ligne avec les femmes de l’alliance informelle des communautés affectées du Ghana, de la Côte D’Ivoire, du Nigéria, de la Sierra Leone, du Congo, du Brésil et du Cameroun, pour faire échos de leurs différentes revendications auprès des décideurs.

Cette rencontre numérique visait à mobiliser les membres de la communauté d’Okumaning afin de manifester contre les pratiques néfastes de la monoculture, plaider pour des pratiques agricoles durables et diversifiées, et aussi contribuer à la célébration de cette journée en conjonction avec les actions organisées simultanément dans des pays de l’Afrique de l’ouest.

« Nos yeux sont rouges, nous voulons nos terres… »

A cette occasion,les communautés ont émis un cri de cœur. Celui d’entrer en possession de leurs droits piétinés par les opérations de la société belge SIAT via l’accaparement de terres et les impacts négatifs des pratiques agricoles en monoculture sur l’environnement.

« Nos yeux sont rouges, nous voulons nos terres, nous exigeons dès maintenant une justice climatique immédiate, pour atteindre la souveraineté alimentaire et sauver l’avenir de nos enfants », ont-ils souhaité.

Dans la même veine, le représentant des communautés impactées d’Okumaning Aboabo, Simon Amouzou a exhorté  le gouvernement à célébrer efficacement le père de l’indépendance du Ghana (Ndlr ; Kwame Nkrumah).

« Écoutez l’appel des communautés affectées et libérez-nous de la main de la multinationale. Rendez-nous justice en payant nos indemnités et rendez-nous nos terres », a-t-il plaidé.

« Que les communautés soient dédommagées, que les paysans puissent disposer d’une partie de leurs terres… »

A en croire le Directeur exécutif de JVE GHANA, Wisdom Koffi, les populations d’Okumaning ne disposent pas de ressources humaines et financières pour poursuivre l’affaire en justice.

«  Sachant qu’elles n’ont pas de ressources, la société SIAT a donc refusé de payer les indemnités des communautés. Les populations n’ont pas d’autres choix que de se faire entendre à travers cette activité.  Nous espérons que ces actions puissent à un moment donner des fruits, afin qu’elles soient dédommagées et que les paysans puissent disposer d’une partie de leurs terres pour pratiquer la culture de subsistance », a-t-il laissé entendre.

Créée au Brésil, en 2004, la Journée internationale de lutte contre les plantations d’arbres en monoculture provient d’une rencontre communautaire de lutte contre les plantations industrielles d’arbres du Brésil.

L’objectif principal est de rendre plus visibles les nombreux peuples et communautés qui luttent contre la monoculture d’arbres, afin de démolir le mur de silence dont subissent les communautés encerclées par les plantations, et de divulguer le mieux possible les constatations, issues de ces combats de résistance, des effets écologiques et sociaux négatifs de ces plantations.

Rappelons que JVE Ghana est une organisation non gouvernementale lancée en 2004 qui s’engage à la promotion de l’agroecologie paysane et à la lutte contre les changements par l’influence des politiques et des actions de terrain.

Nathalie Kouassi

Envoyée spéciale

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *